Accéder au contenu principal

Tous les points à considérer dans le rachat d’un camping-car



Le camping-car est une option que bon nombre de foyers choisissent actuellement pour voyager, mais aussi pour rendre leur quotidien plus pratique et plus fonctionnel n’importe où. L’achat dans le neuf chez les concessionnaires de ce type véhicule est pourtant onéreux, la raison pour laquelle le public préfère saisir des opportunités dans l’occasion. Choisir correctement découle de plusieurs critères qu’il faut absolument identifier au risque de faire un investissement qui n’en vaut pas la peine. Il y aura forcément le plafond à respecter au financement. Mais cette condition ne veut pas pour autant dire de négliger la marque et les modèles de camping-car convoité ainsi que les options comprises, mais également les préférences à la conduite, sans oublier le nombre de passagers… Un tour d’horizon rapide sur tous ces versants de l’achat d’un camping-car d’occasion oblige.

Le choix de l’occasion pour un camping-car

Ce choix est-il vraiment justifié ? Le rachat de camping-car d’occasion est une alternative recommandée par beaucoup de témoignages apparemment. En effet, des économies considérables sont à la clé. Un camping-car acheter dans le neuf coûte plus de 70 000 € alors que ce prix est nettement réduit dans l’occasion. Pourtant, des véhicules du même type encore dans un état acceptable connaissent une valeur 30 % plus basse. De plus, il est très fréquent de tomber sur des offres très intéressantes, des camping-cars qui sont bien entretenus et ne datent que 4 à 7 ans.
Opter pour l’occasion a aussi comme raison la grande disponibilité des offres. En effet, les particuliers qui investissent dans un camping-car se lancent tôt ou tard dans la revente. L’on ne s’étalera pas trop sur les raisons de cette tendance particulière. Ce qu’on retiendra, il y a tous les modèles, tous les types et toutes les fourchettes de prix possibles de camping-car.

Comment se portent les différents modèles de camping-car sur le marché de l’occasion ?

Des précisions sur les différents modèles de camping-car vous permettent d’avoir une idée de celui qui convient le plus à vos besoins, votre fréquence d’utilisation, la taille de votre famille ou groupe qui voyagera avec ce véhicule ou encore les options que vous recommandez. Elles facilitent également vos recherches en ayant parfaitement connaissance de la présence de chacune des déclinaisons présentes sur le marché de l’occasion. Par ailleurs, vous aurez les estimations moyennes de chaque modèle et de vous positionner en fonction. Sachez qu’il ne faut en aucun cas se fier à la marque, au prix, ni même au modèle quand on achète un camping-car. Tout dépendra de vous, de votre compétence, surtout à piloter ces engins parfois lourds et instables, de vos préférences en option, mais surtout de ce que vous allez en faire de votre véhicule maison.

Les fourgons et vans d’occasion

Ce sont sûrement les modèles de camping-car qui sont les plus accessibles dans le secteur de vente d’occasion. Les inconvénients sont cependant nombreux, surtout si vous demandez un aménagement sophistiqué et un espace de vie large. Aussi, vous serez amené à vous pencher sur la mécanique puisque l’engin deviendra logiquement lourd avec tous les équipements disposés à l’arrière, alors que les fourgons sont généralement des vans aménagés. Toutefois, vous aurez un prix d’accession assez bas pour ce type de camping-car. De plus, il convient aux acheteurs qui se lancent pour la première fois dans la conduite de ce type de véhicule côté pilotage et facilité de trouver une place dans les stationnements.

La traditionnelle capucine disponible en véhicule d’occasion

Il n’est pas rare de trouver des capucines dans les terrains de vente de véhicule d’occasion destinés au camping-car. Plus même, ces modèles envahissent ce marché. En effet, les particuliers détectent un trop grand nombre de gênes à utiliser ce véhicule pendant les périodes estivales. Sa forte présence sur la vente d’occasion aurait pour cause que beaucoup préféraient ce modèle qui évoque le véritable esprit camping marqué par l’espace vivable au-dessus de la cabine. La revente devient toutefois incontournable à certains moments pour ces catégories de personnes. Il est apparemment difficile de manœuvrer cet engin, aussi bien sur les routes que lorsqu’il est temps de se garer pendant les manifestations populaires. Une utilisation quotidienne est complètement écartée, d’autant plus que la capucine consomme plus de carburants.
L’achat dans le neuf de ce type de camping-car se fait maintenant rare, mais le marché de l’occasion se voit être envahi par ce modèle. Si vous en êtes intéressé, retenez brièvement tous les blocages mentionnés auparavant. Par contre, vous aurez un prix relativement intéressant, mais attention à bien identifier l’état intérieur, les options, l’année de mise en circulation ou encore le kilométrage.

L’intégral et les semi-intégrales à la revente, peut-être…

Ce sont les modèles les plus fraichement sortis dans le monde du camping-car. Il serait impensable pour un vrai passionné de lâcher ce bien inestimable pour la revendre. Toutefois, des faux calculs ou encore des changements de projet laissent apparaitre quelques modèles sur le marché de l’occasion. Ces opportunités se font rares, d’autant plus que la vente de ces camping-cars est relativement basse, même au neuf. Derrière, vous aurez également à préparer un budget important, à ne considérer qu’une estimation de perte de valeur de 30 % sur le prix d’achat initial de plus de 75 000 €. Quoi qu’il en soit, même à la location, l’on se bouscule pour obtenir un camping-car intégral ou semi-intégral, pourquoi donc s’en priver ? De plus, ces camping-cars s’adaptent parfaitement à une utilisation quotidienne de par leur volume optimal, un gage d’investissement supplémentaire lorsque l’occasion se présentera.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Comment fonctionne une voiture hybride ?

Comment fonctionne une voiture hybride ? Véritable alternative aux véhicules 100% thermiques, les voitures hybrides sont ces dernières années de plus en plus présentes sur le marché automobile français. Avec une gamme et des technologies toujours plus étoffées et performantes, le marché du véhicule hybride bien qu'en forte croissance, possède cependant un taux de pénétration (nombre d'immatriculations) encore très faible (4,83% en 2018) sur le marché français. Soit lorsque 100 voitures sont immatriculées, seulement 5 de ces voitures sont des hybrides. Les modèles électriques sont encore loin d'entrer dans le coeur des français. Bon nombre d'acheteurs sont encore fortement indécis sur les segments du Green et plus particulièrement sur celui de la voiture hybride. Un travail d'information et de réassurance doit être opéré en amont du processus d'achat afin de combler les différentes intérrogations sur l'utilisation de ces véhicules innovants au quotidien. Sav…

Prise d’air capot : 6 avantages et inconvénients

Il existe plusieurs dénominations pour un même système: prise d’air capot, écope d’air, écopes NACA ou admission d’air dynamique. L’ajout d’une prise d’air capot est une modification simple à apporter sur votre voiture qui offre des avantages surprenants. Une fois installée, la prise d’air permet d’améliorer le refroidissement de l’air et sa circulation sous le capot moteur de votre voiture. Comme pour toutes modifications, l’utilisation des prises d’air capot présente des avantages et des inconvénients. Avant d’investir dans une de ces pièces, vous devez vous familiariser avec ces avantages et ces inconvénients.
1- AVANTAGE : MAINTIEN DE LA PUISSANCE DU MOTEURUne prise d’air capot maintien les performances du moteur en apportant de l’air frais avec un meilleur débit sous le capot moteur. En règle générale, les moteurs reçoivent l’entrée d’air par l’avant du véhicule (la calandre) pour refroidir le compartiment moteur. Cependant les entrées d’air d’origine sont souvent insuffisantes …

Ce qu'on risque avec certains abus sur l'autoroute

À l’occasion du chassé-croisé entre juilletistes et aoûtiens, penchons-nous sur des comportements peu vertueux et pourtant assez lourdement sanctionnés.
Rouler au milieu sans doubler personne. On en a vu des voitures qui restent bloquées sur la file du milieu. Soyons honnête, ça arrive à tout le monde de doubler des voitures invisibles. Comme le précise le code de la route en de multiples endroits, l’automobiliste est tenu de se sa placer « près du bord droit de la chaussée » (sur autoroute comme sur voie rapide). Auquel cas, l’article R412-9 prévoit une amende de 35 euros. Vaut également pour l’automobiliste qui reste scotché sur la file de gauche.
Refus de priorité sur la bretelle. C’est aux véhicules qui entrent sur l’autoroute de céder le passage à ceux déjà présents. Paradoxalement, la voie d’accélération s’achève par « un cédez le passage ». Forcer le passage peut être puni d’une amende de 135 euros ainsi que d’un retrait de 4 points (article R415-7). Arrêt ou stationnement sur la…